Sécurité

Attaquée sur son bilan, Anne Hidalgo plagie la droite et propose sa version « Canada Dry » de la police municipale.

28.01.2019

ITW de Florence Berthout pour Le Figaro: "La police municipale d'Anne Hidalgo n'est rien d'autre qu'un coup de communication".

lire l'article

Anne Hidalgo a toujours été hostile à la création d’une police municipale à Paris. Les annonces faites vendredi dernier illustrent un opportunisme électoral à peine voilé.

« Je suis très opposée, à Paris, à la mise en place d’une police municipale.» Europe 1, 20 août 2013. 

« Je suis contre la police municipale. » RTL, 23 mars 2014.
« Je suis opposée à la création d’une police municipale. » Le Grand Jury, 24 janvier 2016.

La réforme du statut de Paris (loi du 28 février 2017) était l’occasion de mettre en œuvre une véritable police municipale. Or, la Maire et le Gouvernement socialiste avaient alors écarté cette évolution.
En décembre dernier, l’exécutif rejetait encore le vœu du groupe LRI proposant la création d’une police municipale. 


A quelques mois des municipales donc, la Maire de Paris tente de masquer son bilan inquiétant en matière de sécurité :


+20 % de crimes et délits entre 2012 et 2017 à Paris, plus de 800 crimes et délits commis chaque jour (Source : Ministère de l’Intérieur).
62 % des Parisiens jugent négativement l’action de la Maire de Paris en matière de sécurité (IFOP, mars 2018).
Plus de 50 % des Parisiens estiment que la sécurité s’est dégradée ces dernières années (Ipsos, janvier 2019).
82 %des Parisiens sont favorables à une police municipale (Ipsos, janvier 2019).

Les groupes Écologistes de Paris, Générations. s et Communistes-FDG ont toujours été opposés à la création d’une police municipale. La Maire de Paris n’a donc aucune majorité pour concrétiser ses annonces avant les prochaines échéances électorales.



Une coquille vide, sans arme, ni compétences supplémentaires.

La Police municipale version Hidalgo ressemble surtout à un simple changement d’uniforme pour les agents de sécurité de la Ville de Paris.
Ils ne seront munis que de bâtons de défense (tonfas) et de bombes lacrymogènes, comme une partie des agents actuels. Dans ces conditions, ils ne seront pas équipés pour assurer efficacement des missions de sécurisation.
Leur sécurité ne sera pas non plus garantie, alors que les agents en uniforme sont des cibles récurrentes des actions terroristes.

La police municipale a pour vocation d’assurer la tranquillité publique. Celle-ci ne peut plus relever de l’action de la police nationale, mobilisée par la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des manifestations et grands événements.

Dans ses déclarations, la Maire de Paris semble toujours faire de la lutte contre les « incivilités » sa priorité, au détriment de réelles missions de sécurisation et de tranquillité publique.
Or ce sont bien les problèmes d’insécurité qu’il faut avoir le courage de regarder en face et de traiter.

Sur la forme : la décision prise arbitrairement, sans consultation préalable, a surpris et choqué les partenaires politiques de la Maire, mis devant le fait accompli.
Sur le fond : les annonces surprises à grand renfort d’ITW dans la presse ne sont une fois de plus qu’un coup de com. Personne n’est dupe, et surtout pas les Parisiennes et les Parisiens.

Retrouvez en home nos propositions (opérationnelles et financées) pour une véritable police municipale formée et équipée.